Beschneite Landschaft mit Skifahrer in den Urner Alpen

Sports d'hiver

Randonnée à ski: la haute route uranaise

  • #Randonnées à ski
Julian Rohn
Auteur, 4-Seasons
© Fotos

La haute route uranaise est considérée comme la traversée à ski avec le meilleur potentiel de descente dans les Alpes occidentales. Nous attaquons la randonnée de cinq jours de Realp à Engelberg.

Thomas a un peu une case en moins. Ou en l’occurrence, une vis en moins. Dans le train pour Realp, il avait déjà remarqué qu’une boucle de sa chaussure de ski avait lâché. Il a dû perdre la vis nécessaire lors de notre sprint vers le quai de la gare de Lucerne. Le voilà maintenant dans la cave de la cabane Albert-Heim avec Roman, le gardien des lieux, qui farfouille dans des boîtes. «Regarde s’il y en a qui correspondent», dit-il en posant une petite sélection de vis sur l’établi. Heureusement que Roman a un atelier bien fourni dans sa cabane, sinon Thomas aurait dû skier les jours suivants avec une chaussure de ski ouverte. Ce n’est peut-être pas un problème à la montée, mais à la descente, les choses auraient été nettement plus compliquées. Car nous parcourons la haute route uranaise, une randonnée à ski de cinq jours reliant Realp à Engelberg et très réputée pour ses bonnes descentes.

Une randonnée à ski vers l’inconnu

Contrairement à d’autres traversées à ski, comme la classique haute route de Chamonix à Zermatt, il est possible de se retrouver seul sur cette randonnée, même en haute saison. C’est d’ailleurs la raison pour laquelle nous avons choisi de prendre le départ en semaine. Bien qu’il y ait de l’animation le soir à la cabane Albert-Heim, relativement facile d’accès, le lendemain matin, seules six personnes en tout partent en direction du Lochberg et de la traversée vers le lac de Göscheneralp.

Ce qui est génial avec les traversées, c’est qu’elles sont toujours une sorte de saut dans l’inconnu. Il y a un point de départ et une destination. Entre les deux, tu navigues de cabane en cabane à travers la montagne. D’un côté, tu montes la montagne et de l’autre, tu la descends. Tu découvres ainsi quasiment en permanence de nouveaux terrains. Même si tu connais déjà l’itinéraire, tu ne peux jamais vraiment prévoir les conditions de neige ou les endroits où les crevasses sont ouvertes. Aujourd’hui, nous nous demandons si la surface glacée du lac de Göscheneralp pourra nous supporter. Par précaution, nous décidons d’emprunter un chemin plus long qui fait le tour du lac jusqu’à la cabane Chelenalp.

  • Ein Skitourengeher auf der Urner Haute Route, die Tourenski sind am Rucksack befestigt.

    Pour franchir le Lochberg, il est vivement recommandé de mettre tes skis de randonnée sur ton sac à dos pour parcourir les derniers mètres.

    Photo © Julian Rohn
  • Abendstimmung auf der Urner Haute Route.

    Ambiance du soir sur la haute route uranaise.

    Photo © Julian Rohn

Aujourd’hui, à part nous, seuls un instructeur de guide de montagne français originaire de Chamonix et sa femme passent la nuit à la cabane. Nous arrivons certes à la cabane en début d’après-midi, mais nous ne devrions pas voir arriver grand monde de plus. L’accès est rapidement exposé à des avalanches de neige mouillée sous le soleil printanier. Mais nous sommes déjà installés en toute sécurité sur la terrasse de la cabane et étudions les lignes que nous pourrions grimper sur la barre de neige qui nous fait face. Le soir, Remo, le gardien de la cabane, nous concocte pour tous les quatre un menu avec ce qu’il y a dans le garde-manger. Lui et son beau-père sont montés quelques heures avant nous et se réjouissent des jours à venir. Au printemps, la cabane n’ouvre que brièvement pour les personnes en ski de randonnée sur la haute route uranaise.

Une petite perturbation était prévue pour le lendemain, nous sommes donc ravis de ne pas avoir de nuages en vue le matin. Le Sustenhorn est à l’ordre du jour – le plus haut sommet de la haute route uranaise et une destination de ski de haute montagne très prisée depuis la route du col du Susten. La descente du sommet n’est pas difficile, mais elle passe par le glacier de Stein, et nous ne voulons pas avoir à naviguer entre les crevasses en plein brouillard. En bas, à l’hôtel de montagne Steingletscher, c’en est fini de la solitude pour une nuit. La route du col permet d’accéder facilement à cette base alpine populaire au printemps, à ski, depuis la vallée de Gadmer. En contrepartie, nous avons même le luxe de pouvoir prendre une douche chaude.

Équipement pour la randonnée à ski

Le lendemain matin, nous sommes de nouveau seuls dans l’ascension du Fünffingerstöck. Nous devons nous dépêcher. Le soleil commence à briller tôt sur la descente vers le Sustenbrüggli et le névé est déjà bien formé. Le soir, à la cabane Sustli, nous nous retrouvons de nouveau à quatre. Hier, les Français ont pris la direction de la cabane de Trift après le Sustenhorn. En revanche, un guide de montagne d’Engelberg et son client nous rejoignent à présent. Tout le monde est assis à la même tablée, même les gardiens de la cabane Agi et Kari se joignent au groupe pour le repas. Sur le chemin de Chamonix à Zermatt, nous devons maintenant manger par services et nous entasser dans les dortoirs à cause de l’affluence dans les cabanes.

Grande descente jusqu’à Engelberg

Nous avons déjà vu l’impressionnante face sud du Titlis depuis le Fünffingerstöck, mais le lendemain, nous pouvons pratiquement toucher la montagne phare d’Engelberg. Une grande descente de près de 1800 mètres de dénivelé nous attend encore. Depuis le sommet du Grassen, nous passons devant la cabane de bivouac du même nom (avec sa propre cave à vin!) et traversons le glacier Firnalpeli toujours en direction de la vallée d’Engelberg. À un moment donné, en bas dans la forêt, la neige commence à se faire rare. Nous devons porter les skis sur les derniers mètres. À la gare d’Engelberg, nous terminons en beauté avec un Rivella au soleil – et la nouvelle vis de la chaussure de ski de Thomas tient toujours.

Accéder directement à la description de la randonnée.

La haute route uranaise en détail

Aller et retour: Le train est la meilleure option. La traversée commence directement à la gare de Realp et se termine à Herrenrüti-Engelberg. De là, tu peux rejoindre la gare d’Engelberg à pied ou en bus.

Équipement: Équipement de randonnée avec équipement de glacier (corde, baudrier, matériel de sauvetage en crevasse), piolet, crampons légers, couteaux à neige, appareil DVA, pelle à avalanche, sonde à avalanche, lampe frontale, crème solaire, kit de premiers secours, sac de bivouac, lunettes de soleil, drap de sac de couchage, gourde isotherme, provisions pour la journée.

Étapes
Jour 1: Realp – Cabane Albert-Heim, environ 1000 m de dénivelé positif
Jour 2: Cabane Albert-Heim – Lochberg (3075 m) – Lac de Göscheneralp – Cabane Chelenalp, environ 1250 m de dénivelé positif et 1400 m de dénivelé négatif
Jour 3: Cabane Chelenalp – Sustenhorn (3502 m) – Hôtel Steingletscher, environ 1150 m de dénivelé positif et 1650 m de dénivelé négatif (attention: en 2020, il y a eu un éboulement sur le glacier de Stein. Il faut franchir ce passage rapidement dans la descente)
Jour 4: Hôtel Steingletscher – Fünffingerstöck (2960 m/sommet hivernal) – Chli Sustli – cabane Sustli, environ 1450 m de dénivelé positif et 1050 m de dénivelé négatif
Jour 5: Cabane Sustli – Grassen (2946 m) – Engelberg, environ 700 m de dénivelé positif et 1800 m de dénivelé négatif.

Hébergements: Cabane Albert-Heim CAS, Cabane Chelenalp CAS, Hôtel Steingletscher, Cabane Sustli CAS

Cartes: Carte de randonnée à ski Swisstopo 1:50 000: feuille 245 S Stans et feuille 255 S Col du Susten.

Meilleure période: mars et avril

  • #Randonnées à ski

Partager l'articleRandonnée à ski: la haute route uranaise

  • Livraison gratuite à partir de CHF 99

    (Avec la TransaCard toujours gratuit)

  • Paiement sûr et simple
  • 14 jours de droit de rétractation